La Roseraie de Berty dans la vallée du Roubreau

Le jardin a pris naissance sur l’emplacement d’un ancien verger et d’un jardin potager bien fumé. Créé pour y placer les pied-mère de la collection de roses, il a en fait été aussi l’objet d’une composition artistique. Ce premier jardin a ensuite été agrandi de part et d’autre au fil des années et au fur et à mesure de l’introduction de nouvelles variétés anciennes venant enrichir la collection que j’ai multipliée en pépinière jusqu’en 2010. Il regroupe maintenant de 6 à 700 variétés différentes au sein d’un espace planté de nombreuses autres plantes et arbres indigènes et horticoles. Visité uniquement sur rendez-vous les dix premières années, il est maintenant ouvert au public pendant un mois chaque année et reçoit de nombreux visiteurs, il a fait l’objet de nombreux reportages dans les journaux spécialisés.

Le jardin a obtenu le label Jardin remarquable en 2010

Aujourd’hui, j’ai transmis la pépinière de rosiers en pleine terre et la vente par correspondance à ma collaboratrice Bernadette Bonnefoy. J’élève toutefois encore des rosiers en conteneur sur une petite surface pour les proposer à la vente aux visiteurs qui apprécient de pouvoir en acquérir en fleur.

En 2015, la roseraie a 31 ans

La Roseraie de Berty dans la vallée du Roubreau

On y accède de Largentière par une petite route magnifique qui serpente à travers les pins, les chênes et les arbousiers dont la dernière partie n’est pas goudronnée. Soudain, la vallée s’élargit et on voit le site de Berty, (c’est le nom du lieu-dit) tel une oasis au milieu des bois à l’écart de tout. La vallée du Roubreau est classée site Natura 2000.

C’est en contrebas d’une magnifique bâtisse que le jardin s’étend à peine visible de la route sans que l’on sache vraiment où il commence et où il finit. Une flore spontanée très riche profite de la fraîcheur et de l’ombre des aulnes et se faufile volontiers là ou la fertilisation et l’irrigation lui en donne l’occasion. Quelques arbres, des arbustes, la collection de roses, des bulbes, des vivaces, chaque plante a reçu l’emplacement qui devait lui convenir.

La Roseraie de Berty dans la vallée du Roubreau

Le sol est ici très pauvre, acide, schisteux et régulièrement lessivé. C’est un jardin simple, sans artifice mais dessiné avec soin pour s’intégrer au site. Des pergolas, tonnelles et autres structures en fer originales mettent en valeur les rosiers grimpants. Actuellement, le sol est couvert de plantes et je ne fais pas d’autres apports. Je ne fais aucun traitement, le jardin a atteint un équilibre naturel, les plantes vivaces et les fleurs des champs en se décomposant pendant l’hiver apporte humus et vie microbienne.

La situation isolée de Berty et la beauté du site protégé et fermé sur lui-même confèrent une dimension magique à ce jardin surprenant en connivence avec le cours d’eau et la vie sauvage de la vallée.
On peut savourer le charme du lieu en prenant place au petit salon de thé où les boissons sont produites en Ardèche et en biologie.

Des tables sont placées au bord de l’eau à l’ombre afin que les personnes puissent pique-niquer.
Même lorsqu’il y a beaucoup de monde au  jardin, le lieu s’apprécie dans le calme et l’intimité.